Le Z-19E, un hélicoptère d’attaque moderne chinois à moins de 15 m$ arrive sur le marché

Un hélicoptère d’attaque léger biturbine moderne capable d’emporter près de 2000 kg de carburant et d’armements à plus de 280 km/h et 700 km de distance, pour moins de 15 m$, voilà  le nouvel hélicoptère Z-19E de l’industriel chinois AVIC. Il complète la gamme export chinoise, qui propose déjà le Z-10, un hélicoptère lourd d’attaque de la catégorie du Tigre franco-allemand, proposé à seulement 20 m$, la moitié du prix de l’appareil européen.

Ces hélicoptères ont été conçus grâce aux transferts de technologies européens, plus particulièrement de Airbus Helicopters, qui a encadré la montée en puissance de l’industrie chinoise en matière d’hélicoptères, avec des modèles comme le Z-8, Z-9 et Z-11, des versions locales améliorées des Super-frelon, de Dauphins et d’Ecureuils français. On reconnait d’ailleurs cette filiation dans l’utilisation du fenestron typique des productions d’Aerospatiale puis d’Airbus Helicopters, sur le Z-9 et le Z-19.

Certes, les hélicoptères chinois n’ont pas encore la fiabilité ni le niveau technologique des productions d’Airbus Helicopters, mais en seulement 10 ans, les firmes chinoises ont réussi le passage de la production sous licence à celui de la conception de modèles performants et modernes.

En outre, les capacités industrielles chinoises sont largement mises à contribution pour produire simultanément cinq modèles d’hélicoptères destinés aux forces de l’APL, tandis que les bureaux d’études travaillent d’ores et déjà sur les prochaines générations d’appareils qui devraient apparaître dès 2025. A ce moment, les offres des Chinois seront alignées sur celles de leurs homologues européens, avec un avantage certain au niveau du tarif.

Comme dans la construction navale, l’arrivée des nouveaux équipements chinois en matière d’hélicoptères militaires risque donc de porter un coup sévère aux industries européennes, d’autant qu’aucun programme majeur n’est pour l’heure programmé sur la période 2025-2035, hormis la fabrication des HIL pour les armées françaises, et des NH90 résiduels.

Déjà lourdement touché par les restrictions budgétaires militaires des années 2000-2010 et par le coup d’arrêt porté aux investissements off-shore, l’avenir d’Airbus Helicopters dépendra plus que jamais des commandes militaires franco-allemandes pour passer le difficile cap des années 2030.

Lire l’article en anglais (3 min)

http://www.airrecognition.com/index.php/archive-world-worldwide-news-air-force-aviation-aerospace-air-military-defence-industry/global-defense-security-news/global-news-2018/october/4583-avic-z-19e-attack-helicopter-ready-for-production.html

 

Articles similaires

Retour en haut