Engagement coopératif et opérations multidomaines, le bouleversement de la doctrine américaine en cours

Avec le retour des confrontations possibles entre grandes puissances, les armées américaines sont aujourd’hui en pleine mutation. Cela se caractérise par le lancement de très nombreux programmes de défense sur un modèle et un budget plus contraint, et des délais plus courts, rompant ainsi avec les programmes pharaoniques des années 2000 comme le destroyer Zumwalt ou le chasseur F-35.

Mais surtout, pour la première fois depuis 30 ans, les Etats-Unis font face à des adversaires potentiels capables de mobiliser des forces appuyées par des technologies potentiellement équivalentes et parfois supérieures aux leurs. Il était donc nécessaire pour les forces armées américaines d’adapter leur doctrine de combat, marquée par 20 années de guerres anti-insurrectionnelles et hybrides.

Pour ce faire, l’Etat-major américain se repose sur un domaine qu’il maîtrise mieux que personne, les échanges de données et la coopération de réseaux. Cette nouvelle doctrine, désignée par le terme 'opérations multidomaines', repose sur les capacités de connecter et d’échanger des données de plusieurs réseaux, de sorte à faire coopérer et optimiser les actions des forces terrestres, aériennes, navales spatiales et cyber, qu’elles soient ou non sur le théâtre d’engagement.

Le corolaire de cette doctrine est l’engagement coopératif, permettant à plusieurs acteurs du combat de mettre en œuvre des moyens complémentaires de sorte à maximiser le résultat. L’exemple typique est d’utiliser une frégate qui détecte une menace, et qui dirige le missile tiré par un autre bâtiment.

Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à explorer les possibilités offertes par ces nouveaux paradigmes. Ainsi, la défense anti-aérienne russe composée de plusieurs « couches » de protection, est désormais intégrée dans un unique réseau permettant d’attribuer le meilleur moyen en fonction des menaces, permettant de traiter de manière coordonnée l’ensemble des avions, hélicoptères, missiles de croisière et drones qui pourraient saturer un système de défense plus classique.

Les pays européens travaillent également à développer des réseaux permettant des opérations multidomaines, et des engagements coopératifs. Mais à notre grande habitude, nous développons presque autant de systèmes qu’il y a de pays.

 

Lire l’article en anglais (4 min)

https://www.defensenews.com/training-sim/2018/09/25/us-military-forces-put-multidomain-operations-to-the-test-in-pacific/

 

Image : Navyrecognition.com

Articles similaires

Retour en haut