Israël commande des F-15 plutôt que des F-35 pour renforcer sa force aérienne

L’information avait déjà été évoquée il y a quelques mois. Plutôt que de commander un lot de F-35A supplémentaires, l’Armée de l’Air israélienne (IAF) vient d’annoncer préférer commander un lot de F-15IA, version très largement modernisée des F-15I actuellement en service.

Dans le communiqué transmis, les autorités israéliennes précisent que cette commande ne remet pas en question la livraison des 50 F-35A déjà commandés et ajoute que la décision a été prise sur des critères budgétaires, une heure de vol du F-15AI coûtant 25% de moins que celle du F-35A.

Il est toutefois étonnant de voir l’IAF préférer un appareil à un autre sur un simple calcul budgétaire, fut-il de 25%. Sur la durée de vie d’appareil, le prix d’utilisation représente entre 50 et 65% du prix de possession et d’usage. De fait, un F-15IA étant sensiblement au même prix qu’un F-35A, la décision aurait été prise sur une différence ne dépassant pas 15%, sachant que, dans tous les cas, les coûts seraient en partie financés par les États-Unis eux-mêmes.

De façon plus rationnelle, cette décision repose sur les capacités comparées des deux appareils. Si le F-35A dispose d’arguments fort pour les missions de suppression des défenses, le F-15IA disposent d’une allonge et d’une capacité d’emport d’armement très supérieures à l’appareil de Lockheed Martin. C’est également un appareil très bien équipé pour le combat Air-Air, notamment BVR (Beyond Visual Range), un F-15 pouvant emporter 4 fois plus de missiles air-air qu’un F-35A.

Selon toute probabilité, l’IAF a jugé que la cinquantaine de F-35A dont elle disposera suffiront pour assurer les missions spécialisées de l’appareil, incluant la suppression des défenses anti-aériennes, et le contrôle aérien avancé. En revanche, pour ce qui est de sa capacité à maintenir un effort dans la durée, elle aura préféré le F-15, un appareil qu’elle connaît parfaitement, et tout à fait taillé pour ce type de mission.

Reste que cette annonce, venant de l’Armée de l’Air la plus opérationnelle et expérimentée au monde, jette un pavé dans la marre du « tout F-35 » tel que largement prôné par l’OTAN. Si, une fois fiabilisé, l’appareil de Lockheed aura ses forces, notamment pour neutraliser la défense anti-aérienne russe tant que les radars UHF-VHF ne seront pas largement déployés, ses lacunes en matière de performances et de capacité d’emport risquent fort d’affaiblir la puissance aérienne globale de l’alliance, alors qu’elle représente 80% de la puissance de feu de l’OTAN selon les autorités britanniques.

Peut-être serait-il temps que l’OTAN cesse de soutenir la transformation standardisée des armées de l’air européennes sur un appareil unique, au prétexte de sa seule furtivité, un argument fortement contraint dans le temps, pour disposer également, comme l’IAF, d’appareils polyvalents disposant des performances, et de la capacité d’emport nécessaires à l’accomplissement des missions dans la durée.

Lire l’article en anglais (4 min)

https://defence-blog.com/news/israel-decides-to-purchase-new-f-15ia-fighter-jets.html

Articles similaires

Retour en haut