La France met en œuvre son plan pour contrer ITAR avec la Sono-Flash de Thales

Depuis près de 18 mois, la France négocie avec l’Egypte la commande de Rafale supplémentaires. Longtemps bloqué par des considérations financières, le programme a ensuite été suspendu en raison de l’interdiction américaine d’exporter le missile de croisière SCALP à l’Egypte, l’arme utilisant des composants américains soumis à autorisationd'exportation via la législation ITAR.

Si cette législation a été initialement conçue pour empêcher que des technologies américaines ne soient utilisées contre les armées et les intérêts américains, elle a évolué vers une forme de contrôle du marché exports des concurrents de son industrie de défense. C’est précisément ce qui s’applique au cas égyptien, les industriels américains espérant que le Caire se retournera plutôt vers leurs solutions technologiques de défense.

Pour contrer cette dépendance aux technologies américaines potentiellement opposables, la Ministre des Armées, Florence Parly, a lancé un plan visant à retrouver l’indépendance technologique au niveau des équipements de défense français, et de développer des systèmes ITAR-Free. Cet objectif a été transposé au niveau européen, et notamment dans les projets franco-allemands de systèmes de combat aérien du futur, de chars et d’artillerie de nouvelle génération, et d’avions de patrouille maritime NG.

C’est en lien avec ce nouveau programme que Thalès présentera, lors du Salon EURONAVAL 2018, une nouvelle bouée de détection acoustique « Sono-Flash », indépendante de toute technologie américaine et donc ITAR-free.

Les bouées acoustiques sont de petits systèmes sonar largués traditionnellement par les avions de patrouille maritime et les hélicoptères navals pour détecter, puis engager et détruire les sous-marins adverses. Jusqu’à présent, les bouées étaient de deux types distincts : les bouées passives qui permettaient de localiser à grande distance le sous-marin adverse, larguée en chapelet et écoutées par les opérateurs sonar à bord de l’aéronef ; et les bouées actives, qui émettent le fameux « Ping » que l’on entend dans les films de guerre, et qui permettent de localiser avec précision le submersible pour pouvoir l’engager à l’aide d’une torpille à guidage acoustique ou des charges de profondeur.

Le « Sono-Flash » combine les deux fonctions dans une même bouée, permettant de passer d’un mode à l’autre, offrant ainsi un potentiel d’action et de détection renforcé au dispositif ASM* en place. En outre, ces nouvelles bouées sont compatibles avec les sonars Flash de Thales qui équipent les NH90 de la Marine Nationale, ouvrant un vaste domaine d’engagements coopératifs entre les avions de patrouille maritime, les hélicoptères et drones embarqués, et les frégates et corvettes ASM.

La Marine Nationale et l’industrie de défense française sont, aujourd’hui, reconnues comme étant parmi les plus performantes, tant technologiquement qu’en matière de savoir-faire pour la lutte anti-sous-marine. Ce niveau de performance est un argument important pour le potentiel export de notre industrie, et la nouvelle bouée acoustique de Thales renforcera encore davantage ce domaine d’excellence français.

 

*ASM: Anti-Sous-Marins

Lire l’article en anglais (4 min)

http://www.navyrecognition.com/index.php/news/naval-exhibitions/2018/euronaval-2018/6532-sono-flash-thales-new-dual-mode-passive-active-sonobuoy.html

Articles similaires

Retour en haut