Le congrès américain tire la sonnette d’alarme vis-à-vis des capacités militaires du pays

Les Etats-Unis feraient-ils face à une crise de la sécurité nationale ? C’est en tout cas la conclusion d’un rapport indépendant remis au congrès cette semaine. A l’image d’autres rapports sur le même thème, il met l’accent sur l’écart technologique et militaire qui ne cesse de diminuer entre les armées américaines d’une part, et les armées russes et chinoises de l’autre. Et d’annoncer qu’aujourd’hui, un engagement contre l’un ou l’autre de ces pays, s’il peut se conclure par une victoire se ferait néanmoins non sans pertes humaines et matérielles inacceptables.

Dans le cas d’une guerre sur deux fronts simultanés, c’est l’hypothèse même de victoire que le rapport remet en cause.

Le rapport met particulièrement l’accent sur les efforts consentis par les deux pays pour rattraper et dépasser les technologies occidentales et les mettre en œuvre dans des délais courts, permettant de créer des situations de rupture technologique face aux forces occidentales.

Cette menace, jugée très sérieuse par les Etats-Unis, qui représentent à eux seuls la moitié des dépenses militaires mondiales, n’est pourtant adressée par aucune des lois cadre de défense des pays européens, dans lesquels le retour de certaines menaces est tout juste abordé.

En France, comme dans la majorité des pays européens, l’exécutif est en charge de définir les documents cadre, comme les revues stratégiques ou les livres blancs, et d’en déduire les lois cadre de planification militaire. Bien souvent, ce sont davantage ces documents cadres qui sont adaptés aux plans préétablis d’investissement que l’inverse, créant une aberration conceptuelle.

Dans ce contexte, les parlements, qu’ils soient nationaux ou européens, peuvent jouer un rôle essentiel en s’inspirant du congrès américain. En ordonnant de manière régulière des rapports indépendants, tant pour évaluer la menace que les capacités existantes et planifiées pour y répondre, les représentations nationales et/ou européennes seraient en mesure, non seulement de disposer d’une information impartiale et exhaustive, mais de peser en connaissance de cause, lors de l’étude des lois de finances et lois de programmation militaire.

Un tel dispositif aurait certainement alerté les élus français sur les conséquences des Livres Blancs, LPM et lois de finances votées ces 20 dernières années. Surtout, il équilibrerait l’alibi que représentent bien souvent les livres blancs et revues stratégiques pour justifier l’inaction gouvernementale en la matière.

Il ne tient qu’aux parlementaires de mettre en œuvre, de façon méthodique et récurrente, un tel dispositif, susceptible de profondément changer la compréhension de la défense par la représentation nationale, et donc par la classe politique dans son ensemble, comme c’est le cas aux Etats-Unis.

 

Lire l’article en anglais (4 min)

https://www.defensenews.com/pentagon/2018/11/14/a-crisis-of-national-security-new-report-to-congress-sounds-alarm/

Articles similaires

Retour en haut